Autrefois nous étions des oiseaux

 

L’histoire

 

Deux enfants, frère et sœur, d’origine gitane et sédentarisés, sont élevés par leur grand-mère.

Elle leur parle sans cesse d’un mystérieux « pays des origines ».

Sa mort soudaine laisse les enfants désemparés, effrayés d’être séparés et placés dans un orphelinat.

L’aïeule les visite en rêve et ils décident de partir.

A la gare, une gitane leur ordonne de monter dans le train de 22h03.

Ce train voyage dans l’espace et le temps. Il est occupé par des apatrides, des fuyards, des sans papiers, des errants sans maison.

Emportés dans le voyage, les enfants vont rencontrer, dans certains compartiments ou aux arrêts, des personnages qui leur racontent des histoires.

Un musicien va leur raconter la chronique du Roi de Perse qui voulut obliger les Louris à faire gratuitement de la musique pour les pauvres, mais ils gaspillèrent leurs dons et furent réduits à l’errance.

Puis c’est un vieillard capable de voler qui leur révèle : « Autrefois nous étions des oiseaux.

Par une nuit de grand vent, quatre filles rieuses, avec le conte drolatique de la mariée poule, leur font découvrir la magie gitane de la Lune et les rites de la forêt.

Une très vieille femme leur raconte le rêve où elle a vu le Paradis comme un grand jardin peuplé de hérissons, l’humble petit animal totem.

Le clan des forgerons leur montre comment ils inventèrent le compàs du flamenco, la danse des mots qui ne peuvent naître.

A mesure des rencontres, le frère et la sœur reçoivent en cadeau des valeurs et des savoirs qui permettent de vivre dans le monde réel en gardant la part du rêve. A la fin du voyage, ils ont grandi, intégré un groupe social et pris conscience de leurs dons.

Histoire initiatique, conte « à tiroirs », qui fait accéder non point aux pouvoirs magiques, mais aux pouvoirs de l’imagination.

Le spectacle

 

La Cie luisa présente en avant première « Autrefois nous étions des oiseaux » une création artistique conçue par trois artistes, à la fois auteurs et interprètes, Lise Massip, Juan Manuel Cortes et Eva Luisa

Fusion du conte et du flamenco, ce spectacle s’inscrit dans une volonté d’un partage culturel et artistique qui permet à chacune de ces pratiques artistiques de s’exprimer et de s’enrichir l’une de l’autre. Le verbe, la musique et la danse, trois facettes artistiques réunies autour d’une même histoire, celle de deux enfants à la recherche de leurs origines, et d’un même but :tisser des liens entre des formes d’art qui se rejoignent dans l’universel. Si l’idée de faire s’entrecroiser la force du sentiment flamenco à la tradition orale qui la conceptualise a déjà été utilisée, l’originalité de ce projet vient davantage de l’aspiration créatrice qui l’a vu naître et du public auquel il s’adresse.

Le flamenco est rendu accessible grâce au conte et grâce à l’univers musical et visuel créé. Les émotions, les ambiances du conte, donnant tour à tour vie aux personnages et aux images évoquées entraînent l’enfant dans un monde imaginaire et poétique où réalité et merveilleux se confondent.

 

Les artistes

 

Chacun évoluant dans son domaine, c’est l’envie de s’adresser au jeune public qui a fait naître ce trio artistique. Ensemble, ils ont élaboré une trame, cherché une motivation commune et verbalisé les divers sentiments que véhicule le flamenco. Puis Lise s’est plongée dans la culture gitane afin d’adapter des contes traditionnels et de s’inspirer de rites, de mœurs gitans pour en créer d’autres. Juan Manuel et Eva Luisa, par un univers musical et visuel, se sont attachés à retranscrire les émotions, les ambiances du conte, donnant tour à tour vie aux personnages et aux images évoquées. Tout ce travail d’élaboration s’est fait dans une véritable communion, les artistes trouvant spontanément leur place et avançant dans la même direction. Chacun a donc laissé l’autre s’épanouir dans sa libre expression et le projet s’est ainsi enrichi de leurs différences